BMW M4 CS: CSL des temps modernes

P90251035_highRes_the-new-bmw-m4-cs-04

Après la rare, chère et extrême M4 GTS, BMW décline aujourd’hui son coupé sportif dans une version qui se situe à mi-chemin entre une M4 classique et cette fameuse GTS. De quoi se faire plaisir sur route mais aussi sur circuit !

Les déclinaisons sportives et autres séries spéciales sont devenues un fonds de commerce aussi précieux pour les constructeurs automobiles que désirable pour leurs clients passionnés. En effet, au-delà d’être des opérations très rentables pour les constructeurs, ces modèles contribuent à renforcer leur image de marque et la renommée de leurs produits… Pourtant, si ce type de démarche est louable, il faut bien avouer que dans certains cas cela se limite parfois à de simples opérations marketing sans réelle valeur ajoutée autre qu’un look ou un équipement inédit. Est-ce le cas de cette M4 CS ou apporte-t-elle sa pierre à l’édifice de la sportivité ?

DSC_3446

 

Sobriété et légèreté

Au premier regard, la découverte de la M4 CS ne laisse pas indifférent tant elle est pourvue d’une réelle prestance visuelle sans pour autant en faire trop. Cela commence par ses teintes exclusives, le bleu métallisé « San Marino Blue » de notre exemplaire ou un rare gris métallisé dénommé « Lime rock Grey ». Aussi, on ne trouvera pas d’aileron extravagant ou de suspension exagérément rabaissée mais plutôt un travail subtil opéré sur la carrosserie au bénéfice de l’efficacité mécanique et aérodynamique. En effet, l’amateur averti décèlera vite le splitter carbone spécifique intégré au bouclier avant ou le capot carbone avec son extracteur d’air issu de la GTS, des éléments qui la différencient d’une simple M4. A cela s’ajoutent encore des jantes en aluminium forgé chaussées de Michelin Pilot Cup 2, un diffuseur sous le bouclier arrière et un fin becquet de type « Gurney » apposé à l’extrémité du coffre. Terminons le tour du propriétaire avec des optiques avant et arrière à technologie LED spécifiques à la M4 CS. A l’intérieur cette sobriété se transforme en dépouillement tant la chasse aux kilos est visible. On trouvera, par exemple, des panneaux de porte en matériaux allégés (des fibres naturelles compactées) semblables à ceux de la M4 GTS, des lanières synthétiques en guise de poignées de porte, l’absence d’accoudoir central ou encore le remplacement de la climatisation bizone automatique par sa variante basique… Ce régime strict donne un poids à vide de 1580 kg, ce qui est plutôt pas mal si on le rapporte à la puissance de son moteur.

Ambiance track day

On l’a dit, l’habitacle de la M4 CS est dans le genre dépouillé pour favoriser la légèreté et l’efficacité mais il faut bien avouer qu’au delà de réduire le poids, cette recette a l’avantage de conférer une délicieuse ambiance typée racing au cockpit de cette belle sportive. Recouvert de matériaux habituellement utilisés en compétition, tels le carbone et l’alcantara, le mobilier de bord dégage cette touche de sportivité typique des véhicules rencontrés sur les sorties circuit communément appelées « track days » par nos voisins anglo-saxons. Décoré dans une teinte sombre alliant le gris foncé et le noir,  il fait bon s’installer dans les baquets de cette M4 CS dont l’habitacle restitue l’ambiance minimaliste typique des sportives dont le seul but est d’aller claquer un chrono sur un tour de piste… le genre de détail qui nous met la banane lorsqu’on part au boulot le matin à bord de ce bolide !

Mécanique optimisée

DSC_3456Le moteur de la M4 CS a subi, lui aussi, une cure de jouvence pour aller chercher 460 ch et 600 Nm, soit 29 ch et 50 Nm supplémentaires par rapport à la M4 « normale ».  Ce 3 litres biturbo impressionne par ses ressources et sa réactivité dans l’intégralité de la plage de régime (zone rouge à 7600 tours/min) d’autant qu’il est secondé par l’excellente boîte de vitesse séquentielle M DCT dont les rapports s’engrènent à une vitesse éclair. Notons encore que le système de lubrification du moteur a été adapté aux séances sur circuit puisque le compartimentage de son carter en magnésium permet des accélérations latérales de 1,4 g sans risque de déjaugeage.

Les freins M carbone-céramique optionnels valent leur pesant d’or mais qui apportent efficacité et agilité en mode « attaque » sur piste.

Notre voiture d’essai était aussi équipée des freins M carbone-céramique optionnels qui valent leur pesant d’or (plus de 7000 EUR) mais qui apportent une efficacité et une agilité des trains roulants (masses non suspendues plus faibles) notoires lorsque l’on passe en mode « attaque » sur piste. La suspension pilotée bénéficie, elle aussi, d’une calibration spécifique pour une efficacité accrue sur circuit. Tout comme le moteur et la direction, cette suspension est paramétrable selon 3 modes (Confort, Sport et Sport+) pour permettre une adaptation au style de conduite souhaité.

DSC_3461

De la route à la piste

Circuit-de-Chambley-1-300x236Etant donné ses prétentions sportives, quoi de plus logique que soumettre notre M4 CS à l’épreuve de la piste ? Nous sommes donc allé rendre visite à nos amis du circuit de Chambley qui se situe aux alentours de Metz. Comme toujours, l’accueil y est chaleureux alors que les installations ne cessent d’évoluer et de se moderniser… D’ailleurs une extension est programmée cette année pour obtenir une ligne droite de plus d’1 km, de quoi effectuer des mesures de performance au top ! Lors de notre passage, le beau temps était au rendez-vous avec un soleil omniprésent et une température clémente. Nous avons commencé notre galop d’essai en mode Sport avec toutes les aides au pilotage enclenchées mais, dans ces conditions, on s’est vite rendu compte que la M4 CS contrôlait trop et conduisait presque à notre place avec un contrôle de trajectoire et de motricité trop intrusifs à notre goût. Le mode Sport+ / ESP OFF fut donc sélectionné et on peut dire qu’on n’a pas été déçu par ce bolide qu’on devait dès lors tenir d’une main de fer pour le garder sur la bonne trajectoire.

De fait, il fallait pouvoir doser les ré-accélérations en sortie de courbes avec beaucoup de finesse pour éviter de se retrouver à l’équerre en mode drift… quelle santé ce moteur !

L’agilité du châssis et l’endurance des freins carbone-céramique nous ont littéralement bluffés par leur efficacité, cela sans oublier les Michelin semi-slick qui faisaient étalage d’un grip phénoménal sur ce circuit très technique et au revêtement particulièrement abrasif. Nous avons passé un moment de pilotage des plus intensifs au volant de ce bolide qui est aussi à l’aise sur route ouverte que sur circuit, presque une révélation ! Pourtant, il conviendra de tenir à l’œil l’état des gommes lors de ces escapades sur circuit car, avec une telle puissance moteur et des freins aussi efficaces, on atteint vite leur limite avec le risque de rentrer chez soi avec des pneus rasés… ce qui fut notre cas. Un conseil, si vous comptez faire du circuit avec votre M4 CS, optez pour un second set de roues dédié à l’épreuve de la piste !

DSC_3524

Fiche technique

Fiche technique

Tous nos remerciements à l’équipe du Circuit de Chambley pour leur accueil chaleureux et le partage de leur passion de l’automobile sportive.
LOGO-CIRCUIT-CHAMBLEY-FMC2-e1435313808192
Photos: Igor Sinitisin – Texte: ADPF