McLaren Senna: Les performances avant tout!

8627McLaren-Senna_scene-1

Après 5 ans de bons et loyaux services, la McLaren P1 se devait d’être renouvelée. Voici le nouveau fleuron de la gamme Ultimate Series de McLaren, la Senna!

Avant toute chose pourquoi ce nom? Quel est le rapport entre Ayrton Senna et cette McLaren qui se proclame comme la plus rapide de toutes les McLaren? Ayrton Senna est le pilote fétiche de l’écurie de F1 McLaren, aussi célèbre pour sa vitesse sur un tour « qualif » que pour sa recherche presque maladive de la perfection. Ce sont ces qualités hors norme qui le caractérisent et qui lui ont valu son palmarès couronné par 3 titres de champion du monde avec McLaren. C’est dans cette optique que la McLaren Senna a été développée, son but est donc d’être la meilleure sur un tour de circuit, tout simplement!

Form follows function

8625McLaren-Senna--side-intake-and-door-strakeAu premier abord, la McLaren Senna choque visuellement parlant. Son design très avant-gardiste peut en surprendre plus d’un tant elle bouscule les habitudes stylistiques de ce type de voiture. Belle, elle ne l’est pas vraiment… mais ce n’est pas son but puisque chaque élément a sa raison d’être, celle de l’efficacité, de la performance. Rien n’est gratuit et tant pis pour le style qu’elle laisse volontiers à ses rivales italiennes par exemple! Son immense aileron est presque disproportionné mais il a le mérite de lui apporter un appui aérodynamique inégalé pour plaquer cette hypercar au sol afin de permettre son exploitation jusqu’au bout du dernier centimètre de bitume disponible. Tout a été pensé de façon à optimiser l’aérodynamise et les performances de la voiture dans toutes les situations imaginables. Que ce soit en appui dans un virage, en sortie de courbe ou en freinant au panneau « trop tard », la McLaren Senna a été conçue pour aller chercher le dernier carat du pilotage. Quoi de plus normal de retrouver sur la Senna un prise d’air moteur sur le toit, des sorties d’échappement soufflant sous cet énorme aileron ou encore un double diffuseur à l’arrière similaire à celui qui avait fait gagner la Brawn F1  de Button en 2009… Mais ça c’est une autre histoire!

Rien n’est gratuit et tant pis pour le style qu’elle laisse volontiers à ses rivales italiennes par exemple!

La monocoque carbone, McLaren oblige, provient directement de la 720S mais a été améliorée pour gagner encore en légèreté et en rigidité. Contrairement à la P1 qui était tout de même prévue pour une certaine utilisation routière, la Senna a clairement l’ambition d’être la meilleure voiture de circuit homologuée pour la route. Oubliez donc la descente sur la Riviera avec Madame au volant de votre Senna pour la bonne et simple raison qu’elle ne dispose pas du moindre coffre, ni à l’avant, ni à l’arrière. Seul un tout petit espace derrière les sièges vous permettra d’entreposer deux casque intégraux pour vos sorties circuit.

Performances à couper le souffle

Les performances de la McLaren Senna sont indescriptibles. Tout d’abord avec un poids d’à peine 1,198kg, la McLaren Senna a l’honneur d’être la McLaren des temps modernes la plus légère. Seule la McLaren F1 affichait en 1993 une cinquantaine de kg en moins sur la balance. Avec un moteur 4.0l V8 bi-turbo affichant 800 chevaux et un couple de 800Nm, en position centrale, il s’agit ici du moteur thermique le plus puissant jamais développé par McLaren. L’association moteur très puissant et voiture très légère lui permet de développer un rapport poids/puissance de 668 chevaux par tonne…

Pour vous faire une idée c’est comme si une Mazda MX-5 développait 700 ch au lieu des 160 ch de la version la plus puissante!

8628McLaren-Senna_scene-2

Avec une production limitée à seulement 500 exemplaires et un prix de départ fixé à £750.000, toutes les voitures ont déjà trouvé preneur. Il est vrai que pour de telles capacités, nous sommes désormais habitués à des prix dépassant le million. A ce prix c’est presque une affaire et c’est donc tout à fait logique qu’il ne reste plus aucun exemplaire disponible à la vente…

Photos: McLaren Media – Texte: Xavier Fridrici/ADPF