Ford Mustang 2015 : Fast and Serious !

Cover

LG-4 starsNous sommes en 1964, les Golden Sixties battent leur plein et Ford vient de lancer sur le marché américain un coupé sport qui répond au crédo « Fast, Fun, Affordable ». La Mustang était née !

Depuis cette époque, la Mustang s’est muée en véritable icône avec plus de 9 millions d’exemplaires produits et, aussi étrange que cela puisse paraître, elle n’a pourtant jamais été officiellement importée sur le vieux continent. Il aura donc fallu attendre près de 50 ans et 6 générations pour que la voiture la plus « likée » sur Facebook soit enfin disponible en Europe…  Et, croyez-nous, cette longue attente valait le coup !

La gueule de l’emploi

Mustang Gueule

La Mustang c’est avant tout une gueule qui, en bonne « Muscle Car », doit exprimer la puissance et la performance. Ces caractéristiques, ancrées dans les gènes du modèle, transpirent au travers de sa ligne reconnaissable au premier coup d’œil. Après un demi-siècle d’existence, la sixième génération ne déroge pas à cette règle érigée en religion.

Sa calandre béante, entourée de branchies, orne son long capot en suggérant le squale féroce qui sommeille en elle.

Sa ligne de caisse, large et basse à la fois, est soulignée par une nervure courant depuis le sommet des ailes avant jusqu’à la poupe qui abrite les optiques à trois barrettes verticales et le fameux cheval au galop. Tous ces éléments sont harmonieusement intégrés au design du nouveau modèle dont la carrosserie, résolument sobre et moderne, se révèle en pure réussite stylistique. Il n’y a d’ailleurs qu’à observer les passants se retourner sur son passage pour comprendre l’incroyable effet Mustang !

Mustang 34AR

L’habitacle bénéficie, lui aussi, de ce retour aux sources avec son tableau de bord à double casquette où sont logés les fameux compteurs circulaires et les basculeurs « type aviation » à la finition chromée … ambiance Sixties garantie ! Et pour ne rien gâcher, la qualité perçue et l’ajustement des matériaux évoluent sensiblement vers les standards européens, une belle surprise. Ce coupé 4 places soigne ses passagers et, plus particulièrement, son conducteur qui profite d’une position de conduite impeccable. Les fans de conduite sportive ne louperont pas les superbes sièges Recaro optionnels au maintien appréciable en virage. La nouvelle Mustang sait aussi vivre avec son temps comme en atteste son système multimédia dernier cri dont le large écran tactile permet de commander la navigation, l’audio, la téléphonie ou encore la climatisation ; le tout pouvant aussi être piloté vocalement via le système Sync2.

Cockpit-1

Deux carrosseries, deux moteurs, deux boîtes

On a le choix ! La Mustang est disponible en coupé ou cabriolet,  4 cylindres ou V8  et en boîte manuelle ou automatique. Le moteur de la future Focus RS (!) est disponible en entrée de gamme, un 4 cylindres 2.3l turbo à injection directe de 317 ch. et 432 Nm. Mais notre préférence va au V8 atmosphérique de 5.0l cylindrée (421 ch./530 Nm) pour la mélodie qu’il distille et ses montées en régime délirantes. Dans les deux cas, les performances sont au rendez-vous avec des accélérations de premier ordre (5,8 s et 4,8 s au 0-100 km/h respectivement). Côté transmission l’agréable boîte manuelle Getrag à 6 vitesses bien précises est standard alors qu’en option on a une boîte automatique classique à 6 rapports (développée en interne chez Ford). N’ayant pu tester cette dernière, nous ne pourrons nous prononcer à son sujet, mais les combinaisons préférées du chef de projet Mustang sont la V8 en boite manuelle et la 2.3l en automatique… Vous êtes prévenus !

Attention si vous pensez commander votre Mustang en direct des US, sachez que la version européenne dispose d’office du Performance Pack optionnel aux US. Ce dernier inclut notamment les gros freins Brembo, la suspension sport et un mode Track (fonctions launch control et burn-out sur V8). Préférez donc la version européenne !

Châssis européen, prix américain !

Moteur V8Historiquement, la recette « muscle car » c’est un coupé à la ligne évocatrice pourvu d’un gros moteur V8 entraînant les roues arrière via un rustique essieu rigide au détriment de la tenue de route… très approximative ! Mais c’est désormais de l’histoire ancienne car la Mustang se dote d’un châssis des plus corrects. Pour preuve, elle adopte un berceau moteur servant de points d’ancrage aux suspensions avant de type McPherson, un train arrière multi-bras monté sur un faux châssis, un différentiel autobloquant mais aussi d’excellents freins Brembo à 6 pistons fixes à l’avant (4 piston pour la 2,3l) au toucher de pédale très franc. Et le plus réjouissant c’est que cette belle fiche technique se confirme sur la route avec un comportement routier rigoureux et précis. La qualité de sa direction à assistance électrique étonne, tout comme ses suspensions qui offrent un excellent compromis entre confort et efficacité. Quand on ajoute à ce beau tableau le son et le punch de son gros V8, on obtient un feeling général rappelant par son homogénéité une certaine 911 (si, si !). La nouvelle Mustang a des arguments à bien des niveaux, dont le tarif n’est pas des moindre puisqu’on peut s’offrir la V8 coupé pour moins de 40.000 EUR… Une aubaine !

Train AR

Train Arrière Multibras

Specifications

Mustang Specs